Quand les esclaves noirs nous racontent

En 1998 Jean-Pierre est tombé sur une collecte de contes afro-américains colportés par des esclaves. Pour la plupart, ces contes ont une origine africaine mais la déportation vers l’Amérique en a souvent réorienté le sens. En effet, de ces nouvelles expériences, pourtant très dures, tout un folklore codé est né : les gens que les esclaves côtoyaient prennent l’allure du lion, de l’ours, du lapin, du loup, de l’opossum. Plus tard, un personnage humain, qui se joue des maîtres, a pris la place du lapin ; on le retrouve souvent sous le nom de JOHN
Très touché par certains, amusé par d’autres, il se  disait alors que ces contes ne pouvaient être transmis qu’accompagnés par une voix et une guitare.
Voilà qui s’est fait, le spectacle est né

Nous avons prêté nos voix à ces contes, dits par des esclaves, des fugitifs, voire même, par des hommes libres et redits encore et encore et recréés à chaque racontée.