Claudine Terme

D’aussi loin que remontent mes souvenirs, je réclamais invariablement le même conte, la chèvre de monsieur Seguin. Puis à l’âge de l’apprentissage de la lecture, en fouillant dans une malle au « pousta » de chez ma mémé, j’ai découvert un vieux livre jauni par le temps, à la couverture arrachée :« Le secret de maître Cornille ».

Avec l’univers de Daudet je suis rentrée dans le monde des histoires pour ne plus en ressortir. Puis le livre« La caravane des sables et autres contes » a transporté la petite fille que j’étais vers d’autres d’autres contrées, d’autres époques. Et c’est depuis ce temps que j’ai le goût des histoires, des histoires qui racontent les gens, les gens d’avant, les gens d’ailleurs, leurs croyance, leurs peurs , leur perception du monde.

J’ai beaucoup lu, écouté, puis un beau jour j’ai eu envie de raconter des contes que j’aurais aimé que l’on me raconte. Raconter, c’est donner vie l’espace d’un instant à des personnages, des univers, des récits. Raconter, c’est partager avec autrui.